La PIF du 07 avril 2000: le compte-rendu



La PIF fut un scénario de René, masterisé par Soner Du.
Dans les rôles principaux:
- Jürgen Bechtageinevergestadt, ETN, allemand à l'humour... allemand
- Samuel Goldstein, Kobal, un juif près de ses sous
- Ulrich Kergan de Vel Ourc'h, Tandyys, jeune aristocrate homosexuel hémophile accro au hachisch
- Frère Loïc Ploucanec, Olivier, prêtre pas très convaincu par sa religion et républicain
- Youssouf Ben Assoum, Brunal, musulman, fils du premier épicier arabe de Saint Malo, amoureux de sa sœur.
- le nouveau fiancé, ETN à partir du dernier tiers du scénario

Voici les personnages complets:

Youssouf Ben Assoum
Etat au départ : Rage 53 Désespoir 69
Etat à la fin : Rage 49 Désespoir 76 Vieillesse Ennemie : 16 (32)
Etranger (Turc), Musulman, Maladif (Malaria)
Djellaba flotte dans le vent

Frère Loïc Ploucanec
Etat au départ : Rage 41 Désespoir 31
Etat à la fin : Rage 42 Désespoir 40
Vieillesse Ennemie : 17
Républicain, Chante, Naïf, Mal Habillé, Religieux
Corde flotte dans le vent

Samuel Goldstein
Etat au départ : Rage 48 Désespoir 41
Etat à la fin : Rage 66 Désespoir 57
Vieillesse Ennemie : 40
Apatride (juif), joue du violon (2h), fume, lit trop, vieux
Barbe flotte dans le vent

Jürgen Bechtageinevergestadt
Etat au départ : Rage 58 Désespoir 44
Etat à la fin : Rage 58 Désespoir 42
Vieillesse Ennemie : 17 (51)
Etranger (Allemand), protestant, hémophile, gros, piano
Chevaux (gras) flottent dans le vent

Ulrich Kergan de Vel Ourc'h
Etat au départ : Rage 51 Désespoir 37
Etat à la fin : Rage 52 Désespoir 37
Vieillesse Ennemie : 20
Toxicomane (Haschich), Roux, Piano, Homosexuel, Maigre
Corde flotte dans le vent

Lors de la création des personnages, quelques perles sont à retenir. Soner Du: "vous caractéristiques sont le jet de 2d10+39 pour faire une moyenne de cinquante". ETN: "78!". Et dire qu'on croyait les gros bills disparus. Les scores étant trop moyens, les règles furent changées. Sans beaucoup plus de succès mais selon l'auteur de jeu le transformant en "René hard core".

Tout démarre dans le village de Précastelborouet (selon Soner Du, "un bled entre St Malo et... rien").
Pierre-Marie, le fils de la famille de Précastel est au plus mal. Son ami le plus proche, Ulrich Kergan de Vel Ourc'h, est à son chevet, ainsi que Samuel Goldstein, le comptable de la famille, Jürgen Bechtageinevergestadt, un ami allemand de la famille et Frère Loïc Ploucanec, prêtre du village.
A ce moment, Tandyys tente les imitations de fraises tagada qu'avait acheté ETN pour faire comme une vraie PIF chez Caron. Il se révèle qu'à leur goût et leur couleur elle ressemblent plus à des framboises tagada (je vous laisse imaginer le résultat).
Il apprend à ses proches qu'il est fiancé à l'insu de sa famille à Elisabeth, jeune anglaise vivant dans des îles anglo-normandes où son père est consul. Son plus cher désir est de l'épouser avant de mourir, ce qui met Ulrich Kergan de Vel Ourc'h au désespoir, car il est amoureux de son ami.
Nos aventuriers des temps pas tout à fait moderne vont donc emmener Pierre-Marie sur les îles pour qu'il épouse sa promise. Les préparatifs vont bon train: Tandyys déclare que Ulrich Kergan de Vel Ourc'h emmène des poches de sang. Soner Du lui réplique que cela n'existe pas à l'époque, et qu'un hémophile à l'époque ça ne peut que faire attention. Kobal déclare "pour montrer que ce n'est pas moi qui m'en vais, je donne des pièces aux pauvres" (le départ doit en effet se faire sans que la famille ne s'en rende compte). Il loupe son jet de rage, et donc lance les pièces puis les ramasse avec que les pauvres ne puissent les prendre, tout en leur lançant un sourire sadique. Ulrich Kergan de Vel Ourc'h essaie lui de séduire des pauvres (probablement pour assouvir sa libido). Soner Du, désespéré (déjà!): "mais pourquoi aller vous voir les pauvres?". Tandyys: "parce que c'est moins cher!". Jürgen Bechtageinevergestadt ne prévient pas ses parents de son départ, réussissant ici sa première (et dernière, nous le verrons plus tard) fugue.

Le lendemain, le départ a lieu. Frère Loïc Ploucanec et Samuel Goldstein sont sur la calèche, puisque la place à l'intérieur est prise par Pierre-Marie qui est allongé sur une banquette avec en face ses amis Ulrich Kergan de Vel Ourc'h et Jürgen Bechtageinevergestadt.
Dessus, le prêtre se met à chanter. Suffisamment mal pour que Samuel Goldstein le gifle. Frère Loïc Ploucanec tente de l'attendrir, en vain. Pendant ce temps, Ulrich Kergan de Vel Ourc'h essaie sans succès de consoler son ami (en lui caressant la main...).

Après quelques heures de voyage la trouve arrive au port. Ils embarquent sur le Quetzalt (on cherchait un nom breton, et quelqu'un a sorti "et qui s'appelerio quetzalt"), bateau cossu dirigé par un capitaine au torse nu sous son gilet de cuir. Youssouf Ben Assoum est à la proue, en train de pleurer l'éloignement forcé de sa soeur, car il a été envoyé voir des cousins dans les îles précitées. Deux jeunes femmes, Mary et Agnes, sont également sur le bateau. Jürgen Bechtageinevergestadt tente de les séduire grâce à son humour allemand ("dites camion" "pouët pouët!"). Il se rend dans la salle de piano et arrive à les émouvoir. Puis cela se gâte. Soner Du: "tu fais quoi?" ETN: "on est seuls dans la pièce?", il tente de les attirer sur ses genoux ("c'est plus facile d'écouter comme cela"). Agnes, française et peu farouche et s'approche de Jürgen Bechtageinevergestadt. Mary, anglaise, s'horrifie d'une telle proposition et gifle Jürgen Bechtageinevergestadt. Il s'ensuit une dispute entre les deux femmes qui se baffent à tour de bras, que Jürgen Bechtageinevergestadt accompagne d'un morceau de piano.
Le pianiste du bateau arrive, ayant probablement entendu les cris des femmes, à moins que cela ne soient ceux du piano martyrisé par Samuel Goldstein. il calme la dispute, alors que l'allemand l'interpelle. Samuel Goldstein en profite pour s'enquérir de la situation financière des deux femmes. L'allemand, dont l'optimisme semble inébranlable, tente de sortir ces dernières en les tenant par la taille. Agnes, déjà fortement ébranlée par la dispute précédente, s'enfuie en pleurant sur le pont du bateau. Là, Frère Loïc Ploucanec tente de la consoler et tous deux tombent amoureux. Pendant ce temps, Mary a fuit l'allemand. Youssouf Ben Assoum la regarde passer, ne comprenant décidément pas pourquoi sa famille est venue dans un pays aussi barbare. Ce qui m'est confirmer par le comportement de l'allemand: alors que je lui dit bonjour, il me gifle, ne connaissant probablement pas d'autres coutumes que celles de son pays. Samuel Goldstein est parti chercher Mary. Brunal, qui n'a pas tout suivi "pourquoi elle, c'est la moins farouche", réponse d'Olivier: "non, mais c'est la plus riche".

Le pianiste est reparti joué. Ulrich Kergan de Vel Ourc'h le rejoint, et essaie de le draguer. Il se fait repousser. Samuel Goldstein poursuit Mary de ses attentions, s'essayant à de la poésie "O vous Mary, que j'ai vu ici, que faites vous sur ce bateau, j'aimerais votre magot", ce qui n'a pas les effets voulus (mais n'était-ce pas prévisible?). L'allemand arrive à la rescousse de Mary. Le ton monte mais ils n'en viennent pas aux mains. Jürgen Bechtageinevergestadt et Mary tombent amoureux, et s'embrassent. Samuel Goldstein, désespéré, tente d'étrangler Mary ("si je ne l'ai pas, tu ne l'auras pas non plus!"). L'allemand l'en empêche, Youssouf Ben Assoum lui vient en aide et tous deux le roue de coups (il parait qu'à l'époque la haine des arabes pour les juifs est légendaire). des marins finissent par délivrer Samuel Goldstein. Ce dernier provoque Jürgen Bechtageinevergestadt en duel, qui relève le gant.
Pendant ce temps, Ulrich Kergan de Vel Ourc'h est toujours en train de soutenir moralement son ami, se retenant de lui avouer son amour.

Puis vient le repas du midi. L'ambiance est assez tendue à table. Samuel Goldstein s'écroule, la tête dans son assiette, après avoir bu un verre que lui avait versé le capitaine. Pas bien du tout, il va se délester de son repas dans la mer.
Dehors, Jürgen Bechtageinevergestadt déclare sa flemme à Agnes (i les veut apparemment toutes les deux!), devant le prêtre. Partagée entre les deux hommes, elle finie par succomber aux déclarations de l'allemand. Samuel Goldstein surprend les deux à genoux en train de s'embrasser. Il jette un fleuret à Jürgen Bechtageinevergestadt pour qu'ils se battent. Ce dernier refuse "je préfère mourir plutôt que se battre", et laisse son fleuret par terre. La réplique de Samuel Goldstein ne se fait attendre: "d'accord", crie-t-il en transperçant la poitrine de l'allemand qui s'effondre. Il meure, en tentant sans résultat d'appeler les deux femmes à le suivre dans la mort. Pendant ce temps, Frère Loïc Ploucanec crie au meurtre, et Samuel Goldstein tente encore de séduire Agnes "ne m'aimerez vous pas après ce que j'ai fait pour vous?".
Ulrich Kergan de Vel Ourc'h profite de l'exemple pour convaincre Pierre-Marie que "toutes les femmes sont des vipères"

Le repas du soir arrive. Youssouf Ben Assoum essaie de discuter avec Mary afin de lui changer les idées, pendant que Frère Loïc Ploucanec s'entretient avec Agnes.
Après le repas, Ulrich Kergan de Vel Ourc'h va jouer du piano. Mal. Il tente de composer une mélodie, en réponse à Samuel Goldstein qui joue du violon alors qu'il est enfermé dans la cabine. Il se fait jeter par le pianiste qui refuse de lui apprendre à jouer. Pendant ce temps, Frère Loïc Ploucanec chante une berceuse à Agnes, et Youssouf Ben Assoum écrit à sa sœur ô combien elle lui manque.
Après un certain temps, Samuel Goldstein s'évade, en ne sachant où aller se rend dans le salon du piano. Ulrich Kergan de Vel Ourc'h le convainc de retourner à sa cabine, et sur place le saoule et le drogue, puis assouvi ses désirs.
Pendant la nuit, le fantôme de Jürgen Bechtageinevergestadt hante les jeunes femmes. Mary tente de se jeter par dessus bord, Youssouf Ben Assoum l'en empêche et tous deux, vous l'aurez deviné, tombent amoureux, restent quelques instants ensemble puis regagnent leur cabines.

Le lendemain, le bateau arrive au port. Frère Loïc Ploucanec avoue à Agnes le but de son voyage. Youssouf Ben Assoum retrouve son oncle. La fiancée, Elisabeth, est là. Mais avec quelqu'un dont elle semble très proche et ce n'est pas son frère. Le prêtre va donc boire le thé chez les parents d'Elisabeth, pour apprendre qu'elle est fiancée avec le nouveau fiancé.

Le lendemain un pique-nique est organisé par Elisabeth. Youssouf Ben Assoum y est invité par Mary, mais pour sa religion prépare de la nourriture à part, ce qui aura par la suite son importance.
Ulrich Kergan de Vel Ourc'h se rend en ville et y achète de la strychnine, décidé à venger son ami. Il parvient à empoisonner la nourriture avec sa réserve de haschich. Tout le monde est touché sauf Youssouf Ben Assoum et Mary qui on mangé à part. Samuel Goldstein, qui s'est encore évadé et est devenu complètement fou, observe la scène de loin. Il fonce sur Ulrich Kergan de Vel Ourc'h puis après quelques passes d'escrime infructueuses (épée contre gourdin), se jette sur Mary. Youssouf Ben Assoum s'interpose, et là encore après quelques passes sans résultats (couteau contre gourdin), les deux fraternisent. Pendant se temps, le nouveau fiancé et Ulrich Kergan de Vel Ourc'h se battent, puis fraternise eux aussi. Le prêtre, heureux de voir que tout se fini bien, fait une réflexion religieuse qui déclenche la colère du fiancé; ce dernier lui met un coup de boule bien senti. Ulrich Kergan de Vel Ourc'h profite de cet instant pour verser la strychnine dans la nourriture de Elisabeth, qui du coup parait très malade, au point d'avoir du sang dans la bouche et de s'évanouir. Youssouf Ben Assoum réveille le prêtre, et un groupe composé de Ulrich Kergan de Vel Ourc'h, le nouveau fiancé, Mary, le prêtre et Youssouf Ben Assoum l'emmène au médecin du village.
Ulrich Kergan de Vel Ourc'h nous convainc qu'il est plus prudent de l'emmener à l'auberge, plus proche, et de quérir le médecin. Ce que vont faire Youssouf Ben Assoum et Mary. Arrivé à l'auberge, Ulrich Kergan de Vel Ourc'h fait semblant de s'inquiéter de notre retour tardif, et convainc le nouveau fiancé (sous l'effet de la drogue) d'aller à la rencontre du médecin. Le prêtre étant à peine conscient de ce qui se passe, emmène Elisabeth voir Pierre-Marie. Le prêtre, dans un état second, les unis, puis les deux mariés décèdent. le nouveau fiancé arrive, constate le décès de son amour et se jette par la fenêtre (du troisième étage), suivi de Ulrich Kergan de Vel Ourc'h qui veut s'assurer de la mort de celui qui a tué le bonheur de son ami. Pendant ce temps, Samuel Goldstein, dans une crise de démence, a précipité quelques jeunes drogué au bas de la falaise, puis est allé se pendre aux coches de l'église qui retentirent lors de la mort des mariés.
Le fantôme de Jürgen Bechtageinevergestadt continue de hanter les deux jeunes femmes. Agnes résiste, mais Mary finie par se suicider. Frère Loïc Ploucanec quitte son sacerdoce et s'engage dans l'armée afin de pouvoir plus tard épouser Agnes. Youssouf Ben Assoum, désespéré, rentre chez ses parents, non sans avoir loupé une tentative de suicide en route.


Commentaire de Soner Du: "j'ai fait joué ce scénario trois fois, et c'est la première que les PJs ne tuent pas le pianiste."